2000 – 2020 : Crise financière et nouveau modèle de service

En 2000, Robert Reckinger assure sa succession et Pierre Ahlborn est nommé au poste d’Administrateur Délégué. Une passation qui insuffle une nouvelle dynamique au sein de l’institution bancaire pour une entrée dans le XXIe siècle. L’occasion, pour la Banque de Luxembourg, de se renouveler en développant conjointement ses cinq métiers : la banque privée, la gestion d’actifs, les services aux entreprises et entrepreneurs, la banque professionnelle et les services de financement.

La clientèle locale luxembourgeoise, dont le patrimoine a fortement évolué en deux générations, apprécie la qualité des services de la Banque de Luxembourg. En 2005, les compétences en matière d’analyse et de gestion sont logées au sein de BLI – Banque de Luxembourg Investments, dont la qualité de gestion et les performances sont, depuis lors, régulièrement primées. Son approche prudente et sa capacité d’adaptation permettent à la Banque de Luxembourg de protéger ses clients des conséquences de la crise financière, tout en les accompagnant au travers des évolutions réglementaires, y compris la fin du secret fiscal.

L’affirmation d’un cœur de métier

À partir de 2010, une nouvelle décennie de mutations commence. Dès 2011, la Banque de Luxembourg agrandit son siège boulevard Royal et y regroupe l’ensemble de ses forces commerciales, tout en ouvrant une première succursale en Belgique, qui va devenir son second marché.

Dans cet élan, la Banque acquiert les activités de banque privée de la HSH Nordbank Private Banking SA en 2011, de Lloyds TSB Bank plc Luxembourg en 2012 et de la Banque LBLux SA en 2013, renforçant ainsi sa position d’institution de référence en matière de banque privée.