1920 – 1950 : Krach, conflit et confiance des clients

Au cours des années 1930, deux nouveaux établissements bancaires s’affirment au Grand-Duché : le CIAL Luxembourg — succursale du CIAL — et, à partir de 1937, la Banque Mathieu Frères, qui s’attire très vite les faveurs d’une clientèle locale et internationale, grâce à son caractère privé et familial. C’est côte à côte, que les deux banques vont affronter les années difficiles de l’avant-guerre, ainsi que le conflit mondial et l’occupation du Grand-Duché à partir de 1940.

Après quatre ans de conflit, en septembre 1944, la Ville de Luxembourg est enfin libérée par les forces alliées. Les affaires reprennent, et le CIAL Luxembourg, à l’initiative de Marcel Reckinger, nommé à sa direction, rouvre ses portes au public en février 1945. La reprise de l’activité bancaire est alors facilitée par un contexte de coopération entre les pays du Benelux. Ces années de crise ont aussi forgé un sens aigu des responsabilités à l’égard des clients.